NAVIRES A GRANDE VITESSE

Engins à effet de sol ou de surface
( = Wing-In-Ground effect vehicule, WIG )


Les Russes ont commencé leurs recherches sur ce type d'engins dans les années 60, après avoir conçu et fabriqué des navires à hydrofoils.
Leur premier engin à effet de sol fut le SM1 avec 2 ailes en tandem ( reliée comme un hydrofoil ) qui pesait 3 tonnes. Il avait une trés mauvaise manoeuvrabilité et nécessitait une vitesse trés élevée pour décoller ce qui est apparu comme le problème spécifique à ce genre d'engin.
En 1962, Alexeiev ( le concepteur de ces engins appelés par les Russes ekranoplane) conçoit le SM2 de 5 tonnes de poids, avec une aile principale basse et un plan fixe à l'arrière en forme de T. Le problème de la vitesse au décollage est alors résolu sur le SM2 type P7 par un principe appelé injection d'air par les Russes, ou augmentation de puissance par les Anglais.
Un projet trés ambitieux est lancé en 1963 : C'est le KM, le monstre de la mer Caspienne, d'un poids de 550 tonnes ( soit 100 fois plus que le SM2 ). Ce KM testé en 1967-68 était capable de voler à une vitesse de 270 noeuds à une hauteur de 20 m, avec un creux de vague maximum de 3 mètres. Huit KM ont été construits de tailles et de formes différentes.
Une évolution de ce projet fut un engin avec une turbine entraînant deux hélices contrarotatives installé au sommet de la dérive arière, et deux réacteurs placés dans le nez fournissant le coussin d'air nécessaire au décollage (=augmentation de puissance ). La vitesse de croisière étant atteinte, ces réacteurs sont coupés. En 1970, le SM6 Utka de 20 Tonnes fut le premier de cette série, suivi en 1972 par le plus connu l'Orlionok ( petit aigle en russe ) qui pesait 125 tonnes au décollage.
Le développement le plus récent est le Lun, construit en 1987 comme lanceur de missiles. Il a été ensuite démilitarisé pour pouvoir transporter 400 passagers.

fredcap@wanadoo.fr
Copyright © Frédéric Capoulade,