Navires à Grande Vitesse

Juin 1997

L'actualité des car-ferries rapides

Numéro 1

AU SOMMAIRE

SNCM : Un nouveau navire à grande vitesse ?

Des études sont en cours pour la commande d'un nouveau navire à grande vitesse. Ce navire prévu serait un monocoque de 125 m transportant 1000 passagers et 250 voitures ( avec possibilité de prendre des autocars ) avec portes avant et arrière, équipé de 4 hydrojets orientables, de 2 moteurs diesel et de 2 turbines à gaz.

Le prix annoncé est d'environ 58 millions de US $ . Un appel d'offres international a été lancé auprès de 10 chantiers européens dont Finnyard, Bazan, Fincantieri et Leroux et Lotz/ Chantiers de l'Atlantique.

F.Capoulade

 

 

fairplay-publications
17/03/97

Un nouveau catamaran pour la POLOGNE

Le BOOMERANG, du type Auto Express 82 des chantiers Austal Ships est parti de Freemantle le 01/05/97 pour un voyage de livraison de 11000 milles vers la Pologne (28 jours avec escales à Singapour, Cochin, Djibouti, Suez, Port-Said, Malte, Gibraltar et Rostock ). Exploité par La Polferries, il assurera des rotations entre Swinoujscie (Pologne) et Malmo (Suède) partir du mois de Juin, en 3H30.

Bulletin News Release du chantier AUSTAL SHIPS Mai 1997

Commande d'un Corsaire 11500 chez Leroux & Lotz avec les Chantiers de l'Atlantique

Officialisation le 6 mars 1997 d'une commande d'un car-ferry rapide pour l'armateur suédois Rederi AB Gotland pour une mise en service le 1er janvier 1999 entre le Suéde et l'île de Gotland. D'une longueur de 112 mètres et motorisé par 4 moteurs diesel Ruston de 7080 KW chacun à 1030 rpm entraînant 4 hydrojets Kamewa directionnels 125 SII. La coque sera en acier haute résistance EH 36 et les superstructures en aluminium. D'une capacité de 700 passagers et 140 voitures ou 108 voitures + 8 autocars , il atteindra la vitesse de 35 noeuds à 90% de la puissance pour un port en lourd de 360 t avec une consommation estimée de 5,5 t/h de GO. Ce navire sera construit sur le site LLN de Lorient.

Le Marin N°2595 du 04/04/97
Fast Ferry International Vol.36 N°3 April
97

Les Chantiers italiens Rodriquez : Nouveaux propriétaires et nouvelles commandes

Après quatre années de crise financière, les chantiers italiens Rodriquez Cantieri Navali ont été vendus fin janvier à un groupe de 3 sociétés : Rodriquez Engineering, Ustica Lines et Comecan ( Compagnie financière ). Le carnet de commande comprend 7 monocoques pour une valeur de 106 million US $. Les problèmes financiers ont commencé avec la banqueroute du groupe Cameli un an après l'achat des chantiers à la famille Rodriquez en 1991. Malgré tout, ces chantiers ont livré 4 navires, 3 aquastrada de 103 m, 2 pour la Tirrenia ( Guizzo en 1994, Scatto en 1995 ) et 1 pour Corsica Ferries ( Santa Margarita en 1996 affreté par Conferry au Venezuela ) et un hydrofoil Foilmaster de 31 m en 1996 pour Ustica Lines. Ces problèmes financiers ont eu pour conséquence la construction sous licence par INMA à La Spezia de 2 autres Aquastrada Corsica Express II et III, livrés également durant l'été 1996.
Ces chantiers comprennent 2 sites, le chantier Pietra Ligure à Savone ( pour des navires jusqu'à 200 m ) et le site de Messine ( pour les hydrofoils et les navires jusqu'à 60 m ).
La construction de 4 aquastrada de 71 m a débuté en février dernier , avec des livraisons prévues pour l'année prochaine pour les compagnies Caremar, Toremar et Siremar. Ces navires en aluminium auront une longueur de 70,9 m, une largeur de 12,4 m, une capacité de 550 passagers et 50 voitures ou 30 voitures et 3 camions. 4 moteurs MTU 16V4000TE70 entraînant des hydrojets Kamewa assureront une vitesse en service de 27 noeuds.

Speed at Sea Vol.3 Issue 2

May 1997

Accident du St Malo : Les enseignements

Des enseignements intéressants ont été tirés par l'administration suite à l'accident du St Malo ( Catamaran rapide à passagers dont l'une de ses coques s'ouvrit sur plus de 20 m au Sud de Jersey, le lundi de Pâques 1995 avec 307 passagers à bord ).

  • Les normes de flottabilité après avarie étaient insuffisantes : en effet, de par la vitesse, la coque d'un navire rapide ( pas d'obligation d'avoir un double fonds ) peut s'ouvrir sur une longueur bien plus importante que prévue. Le pire doit être prévu: l'envahissement total.
  • Le navigant, tout navire, tout navire, toute zone, c'est terminé : L'enquête aurait montré que l'on ne passe pas d'un caboteur à 12 noeuds, à un "jouet" à 36 noeuds propulsé par hydrojets. Enfin le maritime se rapproche de l'aérien. Et d'ailleurs le code des engins à grande vitesse ( HSC ) prévoit une certification des officiers sur ces navires renouvelable tous les 2 ans.
  • On s'est aperçu qu'avec la grande vitesse, certains équipements de navigation avaient une réaction un peu lente: radar, gyrocompas ou pilote automatique. Il est donc question d'imposer des normes de vitesse minimale d'analyse.

Journal de la marine marchande

11/04/97

fredcap@wanadoo.fr

Copyright © Frédéric Capoulade,