Les navires à effet de surface


Les réalisations : SAN FRANGISK, AGNES 200

Le principe des NES est de projeter de l'air entre les deux coques d'un catamaran. Cet air forme un coussin gonflable limité sur les côtés par les coques, et à la proue et à la poupe par des jupes souples. Ce coussin va diminuer le tirant d'eau et limiter les volumes déplacés.
Sur l' AGNES 200 le tirant d'eau passe de 2,3 m à 1 m .
Ce principe s'oppose à celui des aèrogliseurs dont le coussin d'air est impossible à conserver dans les mers formées et qui sont plus sensible au vent. Le NES continue à naviguer grâce à la flottabilité de ses deux flotteurs même si le coussin d'air disparaît.
Les points faibles du NES sont les suivants :


SAN FRANGISK


Mis en service en avril 1989 par la compagnie maltaise VIRTU FERRIES Ltd, c'est un catamaran à effet de surface construit par Brodene Aa en Norvège. D'une longueur de 33 m, d'une largeur de 11,5 m, il transporte 330 passagers à une vitesse maximum de 48 noeuds

AGNES 200


L' AGNES 200 ( AG = Aluminium Magnésium, NES = Navire à Effet de Surface, 200 = 200 tonnes ) était en 1992 le plus gros navire à effet de surface à vocation civile ou militaire. Ce prototype a été conçu par la DCN ( Direction des Constructions Navales ) et développé et construit à Cherbourg avec la SNACH ( Société Nouvelle des Ateliers et Chantiers du Havre ) et la CMN ( Constructions Mécaniques de Normandie ). D'une longueur de 51 m, d'un déplacement de 250 tonnes à pleine charge, ce navire combine les deux effets : catamaran et coussin d'air. Il est capable de naviguer sur ces coques à 15 nds ou en sustentation à plus de 40 nds. En 1992 il a participé au transport de passagers sur les lignes transmanche en embarquant 193 passagers à plus de 30 nds.


Les sources


fredcap@wanadoo.fr

Copyright © Frédéric Capoulade,
Retour à la page principale